Confessions intimes lesbiennes

Posted on by deolirack

Ce doigt fit de doux vas et vient. Je sens son souffle chaud sur ma joue. Masturbation H. Je caressais son sein, en portais à ma bouche le mamelon que je suçotait. C'est mieux ainsi. Mariam faisait la cuisine et mon voisin écoutait la musique. Marcelle suis un cycle ingénieur en Ressources humaines dans une grande école au plateau.

Oui, tellement honte confessions intimes lesbiennes je n'osais rien lui dire. Qu'allait elle penser si j'allais plus loin? Etait ce simplement moi qui me faisait des idées? Après quelques instants, je retrouvais la voix. Ca va mieux, t'en fais pas. Merci encore. J'essayais d'oublier, de penser à autre chose, mais non, tout le reste de la journée, je n'avais que ça en tête. Je n'ai plus lâché sa confessions intimes lesbiennes. Elle me caressait toujours.

Pourtant l'homme n'était plus là et il n'était plus nécessaire de jouer la comédie. Je cachais au mieux mes pensées, et essayait d'être comme d'habitude, comme toujours, cette jeune femme qui ne pense qu'à rire et s'amuser!

Demi

Le soir venu, nous allions manger. Un véritable combat pour trouver une table de libre. Finalement, nous l'avons eue, et nous en avons profité pour commander un apéro. Après tout, c'était jour de fête et.

Receiving Oral

Un apéro, puis un autre. Et encore un autre. La fatigue et l'alcool faisaient peser encore plus cette histoire dans ma tête. Si bien que j'ai. Mes doutes s'envolaient, j'étais maintenant persuadée qu'elle n'était pas du tout innocente. J'osais alors me l'avouer. J'avais envie de ma cousine. Je brûlais de désir. A force de caresser sa jambe avec mon pied, ma culotte n'était plus très sèche. Je sentais mes joues rougir, mon coeur à la limite de l'explosion, et elle en rajoutait. Elle posait sa main sur la mienne et me caressait encore, en me fixant droit dans les yeux avec ce regarde qui ne trompe pas.

Le repas terminé, au lieux de regarder le feu d'artifice, nous avons décidé de nous enfermer dans le cinéma. Quel film nous avons regardé? Je n'en ai aucun souvenir. J'avais bien autre chose à penser. Je voulais juste me retrouver avec elle, dans l'intime obscurité et la douce chaleur d'une salle de cinéma. Je tenais sa mais, puis la lâchais pour caresser ses cuisses. Elle ne disait rien, et se laissait aller dans son siège, à moitié couchée. Après quelques minutes, ses jambes s'écartaient lentement, comme une réponse timide à mon invitation.

N'écoutant plus que mon envie d'elle, j'ai posé ma tête sur son épaule, et ensuite mes lèvres contre sa gorge. Confessions intimes lesbiennes l'embrassais timidement au début, puis plus franchement, et finalement. Elle gémissait, et avait du mal à garder une respiration calme.

Cet effet me donnait encore plus envie d'elle. J'ai prit sa confessions intimes lesbiennes et l'ai amenée sur ma poitrine, et l'invitait confessions intimes lesbiennes regard à me caresser. Ce qu'elle n'a pas manqué de faire. Pour ma part, mes doigts glissaient lentement sur son jeans pour aller contre son entrejambe.

Je me souviens encore de cette chaleur qu'elle dégageait.

Confessions Lesbiennes

Comme c'était excitant! Je la confessions intimes lesbiennes, et elle aussi, toujours avec ces grands yeux bleus qui m'invitaient à laisser libre cours à mes fantasmes. J'approchais lentement mes lèvres des siennes, elle ne bougeait pas, et ouvrait légèrement sa bouche. Je sentais son pourquoi les femmes sont celibataires si chaude et si douce sur mon visage.

Et finalement, nous lèvres se touchaient. Elle m'embrassait comme le fait une jeune fille lors de son premier baiser. Mais je voulais plus, alors, je glissais ma langue dans sa bouche, caressant son entrejambe à travers son Jeans. Finalement, elle se laissait aller, et m'embrassait avec une passion qui m'excitait encore plus. Je ne parle même pas de l'état de ma culotte. Ma main tentait discrètement de se glisser sous son jeans et là. Pas ici. Nous ne sommes pas seules.

Rentrons à la chambre. Je n'avais plus aucune honte. J'avais envie d'elle, et elle de moi. Nous sommes rentrées à pied, ce qui ne représente que 15 à 20 minutes de marche. Le froid nous fouettait et j'avais légèrement peur qu'elle me repousse une fois dans la chambre.

Pour m'assurer de ses envies, je l'ai embrassée devant un couple qui passait, lesquels détournaient le regard. Elle confessions intimes lesbiennes avec passion à ce baiser. J'ai confessions intimes lesbiennes envie. Si vous aimez cliquer sur j'aime. Mon premier amour. Je viens souvent sur ce site de confessions. J'aime beaucoup m'évader ainsi. J'ai une vie pleine.

Très active. Jeune cadre supérieur dans une grande société du Cac 40, j'ai besoin de décompresser. C'est l'un de mes amants d'un soir célibataire, je les collectionne au grand dam de mes parents qui me voudraient plus stable qui m'a fait découvrir ce site. Depuis dès que j'ai un peu le cafard, je prends plaisir à y venir. En plus, à échanger des mails avec certaines filles qui se sont confessées je me suis faite quelques amies.

Analia

Mes parents ignorent que j'aime les deux sexes. C'est mieux ainsi. Je ne connais pas mes vrais parents.

Tellement Vrai - Cindy, Je Suis Bi et J'Assume En 2013

J'ai été adoptée à six mois. Médecin dans le cadre de l'Unicef et ma mère ayant des problèmes de stérilité, ils avaient décidé d'adopter. J'ai pour eux un amour immense.

De nouveaux partiels très importants qui arrivaient. Du sex amateur sous la douche jours avant. Hésitante, mais toujours incapable de résister, j'ai commencé, en faisant bien saillir mon clitoris, à le branler comme j'aime au début, c'est à dire en faisant aller et venir entre mon pouce et mon index mon capuchon, comme pour un sexe d'homme, tout en pinçant ma pointe de sein

Par la suite, après différents traitements, ma mère a réussi à tomber enceinte. Comme souvent dans ce cas, elle a eu des jumelles. J'ai dix ans d'écart avec mes petites soeurs.

Deux amours. Elles ont dix-huit ans. Je suis très proche d'elles. Cependant elles ignorent mon secret. J'attends qu'elles soient un peu plus matures pour leur dire un jour. Enfin on verra. Mon histoire a commencé il y a dix ans. A l'époque j'étais confessions intimes lesbiennes. J'étais brisée et les larmes me sont montées aux yeux.

La voix continuait et me donnait rendez-vous: "Je suis au coin de la rue, viens tout de suite Je protestais que je dormais encore il y confessions intimes lesbiennes peu et que je devais me laver, mais la douce voix me dit d'enfiler une robe et de venir comme ça. Il y avait une voiture stationnée au coin de notre rue.

A mon approche, une silhouette ouvrit la porte et sortit pour me faire signe. Je me précipitais. Swinger erotic movie démarra et on roula sans rien dire mais quand on passa devant un hôtel, la femme fit bifurquer la voiture et se gara.

Elle me tirait par la main. Le réceptionniste ne parut pas surpris de voir deux femmes réserver une chambre. Nous avions la clé. Je suivais mon amie dans les couloirs. Elle n'arrêtait pas de me faire presser. Je n'étais pas la seule à être troublée. Elle avait du mal à mettre la clé dans la photo femme mature sex mais finit quand même par ouvrir la porte.

Quand nous fûmes enfermées, ses premiers mots furent pour me demander ce que j'en pensais. Je restais muette. Tu sais, je sais que c'est toi. Depuis mon divorce, j'ai coupé les ponts avec tout ça! Cela fait huit ans que je n'ai pas fait l'amour et que je ne me suis même pas masturbée!

Est-ce que tu te masturbes? Elle était tout contre moi et on confessions intimes lesbiennes donna un délicat baiser. Pour la première fois j'aimais embrasser et être embrassée.

CONFESSIONS LESBIENNES DANS LA DOUCHE

Puis elle se mit à me déshabiller et me poussa délicatement sur le lit avant de se déshabiller confessions intimes lesbiennes son tour.

J'étais fascinée par ses ongles qu'elle avait comme des griffes. Surprenant mon regard, elle me dit que c'était du faux qu'elle s'était payé pour le mariage de sa fille. J'avais soudain besoin qu'elle vienne se coller contre confessions intimes lesbiennes, sentir ses seins contre les miens, ses confessions intimes lesbiennes sur mon corps, des doigts. Alors, elle se pencha sur moi et fit glisser ses seins sur mon ventre, les remonta sur les miens où elle les écrasa.

C'était magnifique de sensualité. Je sentais ses tétons sur les miens, confessions intimes lesbiennes mains sur mes bras, ses lèvres sur les miennes, sa langue mêlée à la mienne. Puis je sentis les doigts qui me pénétraient.

Un puis deux, qui se retiraient, les ongles qui se plantaient dans mes chairs, m'écartaient, puis les doigts qui me pénétraient à nouveau. Mon dieu! Que vont en penser mes parents?

Mon père à tout le moins va me massacrer. Puis je me suis calmée et j'ai tenté de me raisonner. Après tout, j'avais peut-être rêvé! Cette femme ne s'intéressait pas à moi! Je n'aurai qu'à me souler pour que ça passe! Après une bonne nuit de sommeil J'étais incapable de francaise mature amateur regarder parce que chaque fois que je levais les yeux sur cette femme, j'étais envahie d'une bouffée de désir et je rougissais.

Je me résolus à ne regarder que devant moi, les grands-parents de mon amie qui semblaient former un couple idéal et éternel.

Je n'avais qu'une envie: m'enfuir. M'enfuir parce que je pensais que tout le monde savait, avait découvert mon secret. On avait encore du temps avant qu'arrive le moment du gâteau. Je me levais, allais aux toilettes. Je me lavais les mains, entrais dans un box et j'allais en fermer la porte quand elle se mit à résister. Je me retournais. La mère était là, devant moi, Elle me poussa et ferma le loquet confessions intimes lesbiennes la porte.

Sans que je puisse résister -j'en étais bien incapable- elle posa sa bouche sur la mienne et nos langues se mêlèrent. Puis elle abandonna mes lèvres pour venir murmurer à mon oreille qu'elle m'aimait.

Que dès qu'elle m'avait vue, elle m'avait aimée. Elle continua à murmurer en m'assurant qu'elle n'avait jamais aimé les hommes -comment avait-elle fait ma meilleure amie alors? J'étais anéantie et je m'assis sur le siège où j'ai pissé dans ma culotte, oubliant que je ne l'avais pas ôtée. Quelle idiote je faisais. Ainsi donc, j'étais une "homosexuelle"! Qu'est-ce qui allait m'arriver! C'est la voix de mon petit ami qui m'a ramenée à la réalité.

Il me cherchait pour que je puisse manger du gâteau! Que c'était vain et puéril! Je retirais ma culotte et la jetais dans la tinette.

La soirée se passa et heureusement je n'avais plus de penser à ce qui venait de m'arriver. La noce se mit à danser et je passais moi aussi de bras en bras. Baise torride dans la douche jours avant. Du sex amateur sous la douche jours avant. Voyeurisme dans les douches des filles! Ciseaux entre lesbiennes jours avant. Jasmine Jae baisée dans la douche jours avant. Baisers mouillés de deux lesbiennes jours avant.

Elle avait raison. Jeunes et moins jeunes. Elle lâcha le robinet pour me coller sa main sur la bouche. Les derniers couples.

S'installant confortablement aussi, agenouillée à terre entre mes jambes sur un coussin, elle a commencé à explorer mon corps avec ses mains et sa bouche, caressant mes bras, mes épaules, mon ventre, mes jambes des pieds jusqu'aux cuisses, mes fesses et mes petits seins sensibles dont elle pinçait tendrement mais fermement les bouts tout dressés par l'excitation, ses doigts touchant doucement, prenant peu à peu possession de mon sexe et le parcourant, explorant mon intimité de plus en plus profondément.

J'étais complètement nue et livrée à son regard et ses caresses. Elle ne parlait pas, seul son regard tantôt me fixant droit dans les yeux pour y lire les effets de ses caresses, tantôt examinant mon corps et les différentes parties confessions intimes lesbiennes explorait. Un long festival de caresses, où elle me faisait prendre des positions aussi indécentes qu'excitantes, m'écartelant les jambes pour faciliter son exploration de mon corps, faisant aller et venir ses doigts sur mon sexe, tantôt le pénétrant, tantôt branlant doucement mon clitoris, et où elle s'arrêtait chaque fois au seuil de mon plaisir.

Jusqu'au moment où elle s'est décidée à me faire jouir, ce qui devenait de plus en plus urgent pour moi tant j'étais excitée, à la fois par la situation insolite que par ses caresses savantes. J'étais très excitée de la voir m'écarteler les jambes et me prendre sous les fesses pour presser mon sexe contre sa bouche, sa langue me pénétrant. C'est d'abord avec sa langue ainsi introduite dans mon sexe, léchant ma fente de bas en haut, puis aspirant mon clitoris tout en le branlant, qu'elle m'a procuré mon premier orgasme fulgurant et intense pour lequel je n'ai pu retenir un long cri, elle branlait mon clitoris tout simplement merveilleusement, sachant alterner la douceur et la fermeté de sa langue, l'insinuant dans mes deux orifices, puis saisissant mon clito entre ses lèvres l'aspirant, le suçant, le lèchant Je me cabrais littéralement pour aller au-devant de sa confessions intimes lesbiennes et appuyer plus fort mon sexe et sentir sa langue en moi Voyant que j'en confessions intimes lesbiennes encore, c'est avec ses doigts qu'elle m'a procuré les orgasmes suivants, ce qui lui permettait, confessions intimes lesbiennes qu'elle me branlait savamment en enfonçant ses doigts dans mon vagin tout en les laissant glisser sur mon clitoris, son autre main s'occupant de mes seins, de me fixer droit dans les yeux pour ne rien perdre de mon plaisir et des effets de ma soumission par le plaisir.

Elle m'a fait jouir ainsi au moins cinq ou six fois à la suite comme je le peux couramment, chaque fois dans de longs et profonds gémissements libératoires; je me livrais entièrement et sans réserves ni pudeur désormais à elle et à ses caresses, confessions intimes lesbiennes au-devant de ses doigts et de ses mouvements pour les accélérer et m'empaler dessus Elle savait parfaitement alterner les instants de répit et de nouvelles caresses pour me faire jouir, comme si elle connaissait mon corps depuis toujours!

Elle-même est restée toute habillée pendant tout ce temps, ce qui renforçait mon sentiment de gêne tout en me procurant une forte excitation devant la situation incongrue. Candaulisme : partagée par mon homme Mon fantasme par Claude. Étiquettes anal anus bas bisexuelle bite branlette candaulisme chatte coquin couple culotte cunnilingus fantasme fellation femme gorge profonde grosse bite gros seins inconnu jeune lesbienne levrette libertin libertinage masturbation odeur orgasme partouze phallus pied plaisir porno première fois pénétration queue salope sexe sodomie sperme train trio voisin voisine voyeur échangisme.

Catégories Confession Intime Interview coquin Récits des visiteurs.

1 comments